Comprendre le baby blues

novembre 28th, 2017 by Marjorie

La maternité de l’Institut Mutualiste Montsouris se penche aujourd’hui sur un phénomène qui concerne près d’une femme sur 7 : le baby-blues.

Qu’est-ce que le baby blues ?

Elles viennent de donner la vie et pourtant elles sont tristes, elles sont déprimées, elles n’ont envie de rien. La maternité de l’Institut Mutualiste Montsouris vous informe aujourd’hui sur le baby-blues. Il s’agit d’une dépression post-natale. Cela peut aller du simple petit coup de mou après l’accouchement, c’est normal, c’est quasi –physiologique parce qu’il y a une chute des hormones et la prolactine qui va augmenter avec la montée de lait. Parfois ça peut durer, ça peut se fixer, les symptômes vont durer plusieurs semaines avec une fatigue, une irritabilité, des troubles de l’humeur et là on est dans une véritable dépression du post-partum.

Peut-on prévoir ce baby-blues ?

Jusqu’à présent les symptômes permettaient d’orienter, les symptômes peuvent disparaître tous seuls et quand ils perdurent, une consultation permettait de faire le diagnostic et là des chercheurs américains viennent de doser cette fameuse hormone l’ocytocine dans le sang de la future maman. C’est une prise de sang qui se ferait avant l’accouchement et qui permettrait de prédire le risque de baby-blues. Si l’ocytocine est augmentée et bien la future maman aura un risque plus important d’avoir un baby-blues. En d’autres termes, cela permettrait d’anticiper sur les symptômes.

Adapter un traitement de dépression ?

Cela serait possible et surtout de prendre en charge la maman, d’en parler parce qu’on sait que le traitement c’est avant tout la psychothérapie de soutien. C’est avant tout en parler, rompre l’isolement et des symptômes qui peuvent être un peu des symptômes normaux, la maman s’enfermerait dans ces symptômes-là…et bien ces femmes qui auraient un risque élevé de baby-blues pourraient être prises en charge par une psychologue immédiatement après l’accouchement pour pouvoir suivre, dépister et anticiper cette fixation d’une dépression.

Quand le baby-blues survient-il ?

Généralement dans les jours, voire dans les semaines, entre 2 et 5 semaines après l’accouchement et parfois c’est à la montée de lait et ce sont là aussi les bouleversements hormonaux donc plusieurs semaines après qui peuvent concerner ces femmes qui viennent d’accoucher.

Que doit faire le conjoint ?

Il doit être là, en tant que soutien. Il doit être présent car il faut éviter à tout prix l’isolement. Il faut que les mamans aient le lien affectif avec les enfants, c’est fondamental. Il faut qu’elles puissent parler, qu’elles puissent se confier, ne pas avoir honte de ces symptômes aussi et ensuite se référer à un médecin généraliste ou médecin psychiatre avec une psychothérapie de soutien et éventuellement un traitement antidépresseur et parfois c’est simplement un petit coup de blues éphémère pour que tout rentre dans l’ordre.

Leave a Reply